Publié dans Compte-rendus de réunion du Collectif FLE Lyon

Retours sur la réunion autour de l’approche Gattegno

Le 4 février dernier, la réunion du Collectif FLE Lyon a eu pour thème l’approche Gattegno (en savoir plus) .

Vous trouverez ci-dessous les commentaires et réflexions apportés par des participants :


 

Bonsoir à tous. J’ai participé à la dernière réunion sur la méthode Gattegno et ai trouvé la présentation d’Anne-Marie Dumont intéressante. Cependant je connais mal cette méthode et m’interroge notamment sur les rapports oral/écrit. A quel moment présente t-on l’écrit dans cette méthode? Certains d’entre vous utilisent-ils la méthode et peuvent-ils me répondre?
Josiane Sollier


Bonsoir, j’avoue quant à moi avoir été déstabilisée par le côté muet de la session. Quant au code couleur, j’ai malheureusement besoin d’avoir sa correspondance en sons pour le mémoriser. Je m’interroge également sur le passage à l’écrit mais sans doute faut-il plus qu’une présentation pour comprendre la méthode …
Marie-Laurence


Bonsoir à tous,
Formée à l’approche Gattegno, je pensais arriver en terrain connu. Eh bien non ! Comme d’habitude, Anne-Marie nous a surpris en nous initiant au Japonais et en pratiquant le silent way. 2 heures de remue-méninges assurées. Je dois dire que j’ai beaucoup bataillé avec les consonnes…
En ce qui concerne le rapport oral / écrit, seul le tableau de rectangles couleur français était affiché. Il existe d’autres outils à utiliser en complément : le fidel et les tableaux de mots, ainsi que les réglettes en bois. Anne-Marie l’a signalé et  les présente dans ses formations. De fait, l’utilisation conjointe des rectangles de couleurs et du fidel permettent d’enchaîner l’écrit avec une bonne orthographe.
Sylvie


Déroulé :
Présentation des présents : 10, 15, 20…
Intervenants, formateurs, étudiants, tous spécialisés en FLE ou alpha.
CS (Saint-Rambert, Bonnefoy…)/universités/etc

60 minutes collectivement face à deux tableaux de ce genre : petits rectangles ordonnés monochromes ou bicolores, sur fond noir.
Représentation de sons, vocaliques, ou consonantiques, ou syllabiques (base : voyelle isolée, ou consonne suivie de voyelle).
Repérage visuel différentiel (y compris pour daltoniens ou malvoyants) et/ou positionnel (haut/bas, colonne/ligne).
Lecture dirigée, progressive, mémorielle, sans prise de note, sans aucun graphisme.
Déchiffrage et mémorisation : automatismes assez rapides, quelle qu’en soit la mise en place, consciente ou non.
Séquences phoniques, souvent syllabiques, pour constitutions de mots, dans une langue donnée, quel qu’en soit l’alphabet ou l’écriture.
Un tableau par langue suffit à rendre compte de l’essentiel des phonèmes d’une langue particulière.

Un deuxième tableau est nécessaire/utile pour transposer/comparer avec une autre langue de référence : ex. japonais et français.

L’étape suivante, ébauchée, consiste à présenter des graphies (alphabétiques par exemple) de mots simples de la langue à apprendre.
Sur fond noir également, dans une graphie colorée (vocalique / syllabique / consonantique…).
Pour neutraliser les graphies, souvent aberrantes pour un apprenant, en FLE par exemple.
Donc, lecture colorée, potentiellement en n’importe quelle langue.

L’étape suivante, ébauchée, est la constitution de phrases simples, en émission/réception.

Une expérience déstabilisante pour un enseignant traditionnel.

Qui peut aider à résoudre les questions de phonétique, de graphie, de lecture-écriture, par exemple en FLE.

La présentation a été rapide : 90 minutes…
Une formation, pour formateur, coûte environ 1100 euros (mille cent), sur Lyon, à faire prendre en charge…
Une formation, pour apprenants, suppose de l’assiduité…
Et un matériel minimum.

Voir les sites :

http://www.dcpalyon.fr/
http://www.adpiformation.fr/s.php?id=7 ou http://www.adpiformation.fr/s.php?id=4
http://gattegnorhone.over-blog.com/
Georges Cuisenaire (1891-1975), et ses réglettes : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9glettes_Cuisenaire

Une éducation pour demain UEPD : http://www.uneeducationpourdemain.org/
Disponible pour l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le français et le japonais (et en prototype pour beaucoup d’autres langues), le matériel se présente ainsi :
• Le tableau sons/couleurs – un tableau de rectangles de couleurs différentes, chaque couleur correspondant à un son de la langue. 
Pour un travail très fin sur les distinctions phonétiques et prosodiques de la langue étudiée, tant au niveau de la production qu’au niveau de l’écoute et de la reconnaissance.
• Les tableaux de mots écrits dans les mêmes couleurs que le tableau de rectangles. 
Ceux-ci contiennent le vocabulaire structural de la langue, environ 500 mots. L’utilisation de la couleur permet de lire directement et de prononcer correctement des langues aussi différentes que le japonais ou le russe, qui utilisent des signes inconnus des apprenants.
• Le Fidel (tableaux d’orthographe), ensemble de tableaux qui affichent toutes les orthographes possibles de chaque son de la langue avec le même code de couleurs que celui du tableau de rectangles. 
Le Fidel est particulièrement utile lorsque la langue étudiée pose des problèmes d’orthographe, comme le français et l’anglais.
• Les réglettes Cuisenaire de différentes couleurs qui servent à créer des situations claires qui vont aider les apprenants à comprendre comment tel ou tel concept est exprimé dans la langue étudiée.
• Les images Silent Way, de la même taille que les tableaux, représentant des scènes de la vie courante. Dépouillées, elles invitent les apprenants à utiliser leur imagination pour avancer des interprétations. Elles servent ainsi à introduire le vocabulaire usuel et peuvent constituer un point de départ à des histoires créées par les apprenants ou à susciter des discussions.
• Le pointeur, avec lequel l’enseignant ou l’apprenant peuvent montrer un mot ou une phrase tout en maintenant la caractéristique essentielle de la langue – sa qualité éphémère. Le pointeur crée la dynamique de la langue en introduisant l’élément du temps à partir des différents tableaux qui, eux, sont statiques.

Noël


Un aperçu d’une heure et demi, juste de quoi se mettre en appétit. Qu’avons nous appris dans ce laps de temps ?  Quelques mots de japonais certes, mais nous avons vu aussi qu’il est possible de laisser les apprenants se poser des questions, chercher, déduire, tester, etc….
Gattegno, dans la lignée des Freinet, Montessori, Steiner, etc… une voie a explorer me semble-t-il !

Bruno.


J’ai pris une bonne leçon de « silent way » personnellement ! J’ai compris toute la force de l’observation pour un apprenant et rien que ça, j’ai appris qch ! Je sens un fort potentiel mais ai du mal à l’intégrer à ma pratique (encore débutante !).

Alice

 

Publicités

Auteur :

Le collectif FLE / Illettrisme Lyon a pour but de réunir les formatrices/formateurs en français (FLE, RAN, Illettrisme et alphabétisation) de l’agglomération lyonnaise, pour nous rencontrer, échanger sur nos pratiques d'enseignement du français, nos outils, nos astuces, nos difficultés, nos coups de coeur, etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s